L’article égocentrique : les petits bonheurs

Hier, je vous parlais de petits bonheurs. Ca a un côté fleur bleu, je vous l’accorde mais c’est franchement essentiel et ça se cultive. Plus vous allez les voir plus ils vous apparaîtront comme une évidence.

J’ai toujours apprécié ce qu’il y avait sous mes yeux. Mon besoin de nature a toujours été très fort et je suis dans la contemplation donc ça aide. Mais j’ai aussi habité en ville à Nancy et j’y ai trouvé tout de même mon compte.

Si ça vous dit d’essayer, je vais vous expliquer comment faire (et là encore, ce n’est QUE ma technique et pas une méthode miracle). De même que quand le nuage est très noir, c’est plus difficile d’avoir l’envie de trouver les petits bonheurs mais pas impossible.

Le matin quand j’ouvre les volets, ou que je pars au travail, je prends quelques SECONDES (5 ou 10 pas plus) pour balayer la vue. Ce petit moment de pause fait déjà un bien fou et tous les jours vous verrez que ce sera différent. Puis tout au long de la journée je me contente de peu. J’apprécie un sourire ou une remarque gentille d’une collègue ou un inconnu qui me laisse passer devant lui sur l’autoroute. Mais je remercie à chaque fois et je trouve que c’est important de le faire pour que ça ai encore plus de sens. Ca ne dure pas 3 heures, là encore, un signe de tête, un sourire en retour ou un geste de la main suffisent.

En réalité, ces petits bonheurs appartiennent à chacun, nous avons tous des sensibilités différentes et un petit bonheur pour l’un ne le serra pas pour un autre. MAIS ce qui est important c’est de faire attention et de s’arrêter. Je sais, s’arrêter alors que tout va trop vite ce n’est pas facile tout le temps mais juste un tout petit peu. Regarder ou écouter 5 secondes suffiront à vous faire prendre conscience des beautés qui nous entourent.

Il y a quelques semaines, j’ai vécu un petit bonheur génial ! Dans ma classe de moyenne section, il y a un enfant qui n’ose pas beaucoup parlé et est très timide. Un lundi où j’étais en formation dans l’école et remplacée dans ma classe. Je suis passée dans le couloir. Je discutais avec ma collègue et là, ce petit bonhomme là est venu me voir, il m’a tiré la manche et m’a dit : « regarde j’ai un nouveau bonnet ! » J’ai trouvé ça fabuleux !!! Ca m’a mis de bonne humeur toute la journée et quand je l’écris, je le ressens encore.

Certaines personnes aiment écrire ou se dire les petits bonheurs de la journée en famille le soir pendant le repas… c’est aussi un bon moyen de créer un autre petit bonheur partagé !

Dites-moi, je suis curieuse de savoir si vous avez des petits bonheurs 😉 Un de mes préférés est d’être pieds nus dans l’herbe !

L’article égocentrique : le côté lumineux de la force

Me revoici me revoilà. Je vois que cette rubrique vous plaît bien alors je continue sur ma lancée 😉

Aujourd’hui je vais vous parler de ce qui, je pense, me caractérise le mieux : mon côté enjoué. J’ai une vie plutôt cool, une famille aimante, une belle maison, un bon métier dans lequel je m’épanouis, bref, aucune raison de voir la vie en noir. Malgré tout, comme pour tout le monde, il y a quelques petites ombres de temps en temps. Rien ne peut être à 100% lumineux.

Résultat de recherche d'images pour "nuage noir"

Mais voilà, j’ai choisi d’être positive, de voir les problèmes comme des nuages (plus ou moins gris ou même noirs) qui finiront par passer. Je ne cherche pas à les chasser, ce n’est pas toujours possible, je cherche juste à apporter un peu de bonheur qui pourra permettre de mieux supporter la météo le temps qu’il faudra. Et cet état d’esprit j’essaie de le garder partout. Je pense même que parfois c’est contagieux et que ça aide alors pourquoi s’en priver ?

Mais comment faire quand c’est un peu trop noir ? Je n’ai pas de solution miracle, je ne l’ai pas inventée non plus mais pour moi, voilà comment ça fonctionne. La photo ci-dessus a été prise depuis mon jardin… à chaque fois qu’il y a des arcs-en-ciel , ils apparaissent toujours à cet endroit c’est quand même fabuleux !!!

Et bien voilà, la phrase que vous venez de lire explique comment je fais ! En réalité, je sais apprécier les petites choses qui m’entourent. C’est très varié mais la plupart du temps, il suffit que j’ouvre mes yeux et mes oreilles.

Tout est là à portée de main : un vol d’oiseaux, un insecte, un nuage, de la brume, le souffle du vent (doux ou froid), un paysage, une odeur, le sourire d’un enfant, le rire d’un adulte, un clin d’oeil complice, un morceau de chocolat qui fond en bouche, une fraction de seconde de silence… bref chacun d’entre nous peut trouver des petits bonheurs il suffit d’être attentif. Et cela permet d’apporter un peu de plaisir et de paix.

Je vous laisse méditer et je reviens très vite vers vous avec un article qui parle des petits bonheurs ! 😉

La famille Zastuce est bien culottée !

Tout d’abord, MERCI pour vos retours sur l’article d’hier ! J’aime beaucoup cette idée de se serrer les coudes pour réussir à dire NON ! Promis je penserai à vous aussi la prochaine fois 😉

Le grand Petit Poulet a besoin de nouveaux sous-vêtements m’a-t-il dit. En bonne mère dévouée, je me suis exécutée 😉 Pour le moment, il n’y en a que deux mais d’ici la fin des vacances, j’envisage d’en coudre d’autres.

Patron du Ottobre 6/2016.

Partie sur ma lancée, j’en ai profité pour finir une culotte laissée en attente pour la P’tite Poulette. Il s’agit du modèle Thalassa de chez Petit D’om. C’est un patron de maillot de bain mais on peut s’en servir pour coudre des culottes.

J’en ai également cousu une pour moi. Je n’avais qu’une culotte taille haute et comme elle est très agréable à porter et qu’il me restait des chutes, je ne me suis pas privée ! Toujours le patron Paola de chez Petit patron.

Monsieur Zastuce n’est pas en reste, il y a quelques semaines, j’avais testé le patron BIP le slip de chez Etoffe malicieuse. Ce modèle lui plaît bien, il m’a même dit qu’il serait d’accord pour en avoir d’autres.

Voilà des chutes de tissu bien rentabilisées !!!

L’article égocentrique : j’ai dit non !

Je ne vais pas vous parler du « non » qu’on répond à nos enfants, celui qui tient bon pour rester cohérent. Celui-ci je le maîtrise. Je réussis à tenir mes engagements, chaque décision est réfléchie et un non et un non, il a toujours une raison valable et expliquée clairement.

Je vais vous parler de ce « non » que je m’habitue à tenir pour arrêter de rendre service et qui finit toujours par me faire regretter le oui qui a précédé ! Je suis sûre que vous voyez de quoi je parle 😉

Par exemple : la robe de l’article d’hier en est un exemple très concret. Il y a quelques années je complétais mon temps partiel dans l’éducation nationale en vendant mes créations. J’ai abandonné et je me suis dit NON à moi-même. Cela n’était plus possible, je ne pouvais pas passer mon temps à coudre pour les autres plutôt qu’à ma famille et à moi-même. Vendre mes créas n’avait pas assez de sens. Une exigence de plus en plus présente, des délais assez courts et cette épée de Damoclès au-dessus de ma tête qui faisait pesée sur mes épaules bien trop de pression. Plus assez de satisfaction à coudre mais une contrainte. Bref, j’ai dit non et j’ai bien fait ! Je me suis donc mise à coudre pour la famille Zastuce. Se fût libérateur jusqu’au jour où on m’a demandée de réaliser une robe, quelque chose que je maîtrise et qui ne demande pas trois jours de couture d’investissement. Et je me suis dit, pourquoi pas ! Et ce fût une erreur… j’ai trainé et trainé encore parce que ce sentiment d’engagement était revenu. Alors, avant-hier, lorsque la maman de la copine de la Poulette m’a demandée si je pouvais coudre une veste, j’ai répondu que j’étais très flâtée, que sa confiance me faisait chaud au coeur mais que ce serait non ! Et vous savez quoi ? Je culpabilise mais je vais tenir bon 😉

Encore un peu de chemin à parcourir mais j’ai déjà bien avancé ! Et vous ? quelles sont vos astuces pour dire non sans culpabilité ?

Pour une amie de la P’tite Poulette

Il paraît que la P’tite Poulette fait des envieuses avec ses vêtements « fait maison » à l’école. La maman d’une amie de Pauline m’a demandée si je pouvais coudre une robe pour sa fille. Elle m’a dit ne pas être pressée… grave erreur !!! Le manque de temps et la procrastination (une parente du côté de ma cousine germaine) ont eu raison de cette robe qui a donc mis plus de deux mois avant d’être cousue ! Heureusement, au bout d’un certain temps, la raison et la culpabilité me font retrouver la sagesse, et les vacances aidant, je me suis enfin mise au travail.

La maman avait donc choisi le tissu et cette robe « Happy rainy day » du Ottobre 4/2017 et comme il me restait un petit bout de jersey, j’ai cousu une culotte assortie 😉 !

Un peu de moi… Le silence

Me revoici avec la rubrique égocentrique !!!

Aujourd’hui je vais vous parler de quelque chose qui m’est plus que vital : le silence !!! Mes enfants sont en vacances chez leurs grands parents quelques jours et Monsieur Zastuce est au travail, je me retrouve donc seule dans ma maison à la campagne au calme. Dans mon métier de maîtresse de maternelle, je suis constamment dans le bruit. Les week-end, mes enfants qui sont très discrets à l’école le sont forcément beaucoup moins à la maison à tel point que les bruits me gênent et me fatiguent énormément. Je dirais même qu’ils me crispent et me stressent. Vous devez penser que je suis un peu excessive et que bon quand même, faut arrêter le délire mais je vous assure que depuis quelques années maintenant j’ai un besoin de silence vital.

Casque Optibruit Peltor Optime III noir serre tête SNR35

L’année passée j’ai demandé un casque anti-bruit pour mon anniversaire, c’est pour dire ! Je suis devenue hypersensible au bruit. Alors je peux vous dire que ces quelques jours seule se passent dans le silence le plus total : pas de télé, pas de radio, juste les sons qui m’entourent et ça fait un bien fou !!! Je ne peux que vous conseiller d’essayer et ça me ferait plaisir d’avoir vos retours. A très vite pour de nouvelles créas couture parce que bon, le bruit de la machine à coudre m’est tout à fait agréable, évidemment 😉

Les protèges slips lavables (tuto)

Après la culotte, je voulais vous parler de ces cousettes que je porte maintenant depuis 2 ans et demi. Il s’agit des protège-slips et des serviettes hygiéniques. J’en avais mare de jeter, je ne pouvais plus supporter tout ces produits chimiques qui absorbent, qui sentent bon (beurk), j’ai donc naturellement adopté le lavable.

Je ne regrette pour rien au monde mon choix quant aux protèges slips. Je vous avoue que pour les serviettes plus épaisses, même si cela fonctionne très bien, je suis tentée par la culotte hygiénique. Je vous en reparlerai après l’essai si ça vous intéresse.

Si ça vous dit d’essayer, un petit clic par ici pour accéder au tuto et par là pour accéder au patron (je suis comme Mum à contre courant, je ne retrouve plus le lien d’origine). Pour ce qui est des fournitures, j’utilise des chutes de jersey oekotex ou bio, du PUL (tissu imperméable d’un côté utilisé pour les couches lavables) et pour les serviettes hygiéniques je double avec une éponge en bambou. Les pressions viennent aussi de chez Trezh Babig.

Question confort et entretien, parce que je sais que cette question vous titille depuis que vous avez vu ces deux pressions qui maintiennent la protection, et bien c’est parfait, on ne sent pas DU TOUT les pressions. Le protège slip tient bien en place et se lave facilement avec le reste du linge. Pour commencer, je vous propose d’en coudre un ou deux et de tester et si ça vous convient, vous pourrez en coudre plus.

Les dessous d’Isastuce

Et oui, je vais bien vous parler de petites culottes pour femme ! Je me suis souvent dit : « coudre sois-même ses culottes, quand même pas ! » et puis n’allant plus dans les magasins de vêtements je me suis vite rendue compte qu’on était jamais mieux servie que par sois-même comme pour tout le reste en fait ! Et j’ai testé divers patrons.

J’en ai tenté quelques uns mais je n’étais toujours pas plus convaincue et puis en me promenant sur la toile j’ai finalement découvert la boutique Petit patron. J’ai donc testé la culotte Paola.

Elle est très confortable et est très simple à coudre (j’utilise la technique de Carine patron et de cette vidéo). La combinaison du patron et de la vidéo ne donne plus d’excuse pour réussir à se coudre sois-même ses culottes 😉

J’en ai cousu en tout et pour tout cinq dans la taille classique et une taille haute. Je les aime toutes autant. La culotte taille haute est plus gourmande en tissus et comme j’aime utiliser mes chutes de jersey, je n’en ai fait qu’une mais elle est très sympa aussi. Je me suis cousue la même taille que dans le commerce (un 44) et c’est parfait !

J’ai acheté de l’élastique chez Mamzelle Fourmi. Il est vraiment très bien.

Déguisement de chat

Je pensais pouvoir le coudre tranquillement pendant les vacances mais c’était sans compter sur l’annonce que le carnaval aurait lieu le vendredi des vacances c’est-à-dire 10 jours plus tard ! J’ai donc dû m’y mettre plus tôt que prévu !

J’ai utilisé le patron de grenouilière du Ottobre 6/2015. J’y ai ajouté une capuche issue du Stars et stripes (ou l’inverse) du même numéro et les caractéristiques du chat et voilà le travail ! Il m’a tout de même fallu 4h30 !

Pour une fois TOUT s’est déroulé comme prévu 😉 Ca fait du bien !!!

Un peu de moi… états d’âmes

Je voulais vous remercier, vous toutes (tous ?) qui m’avez lue et qui m’avez laissé des messages en commentaires ou en privé. Je suis très touchée par vos mots, vraiment.

En ce moment je me cherche un peu. Peut-être avez-vous déjà vécu cette période de doute où vous savez qu’il y a des choses de votre vie de tous les jours qui doivent changer.

logo de Petit BamBou

Pour m’aider dans cette démarche, je me suis mise à la méditation. Pour le moment, j’en suis encore au début de mon initiation mais j’ai bon espoir que cela ait un impact 😉 ! J’ai choisi l’application Petit bambou (au hasard à vrai dire) mais je suis assez contente de mon choix. Si ça vous dit, vous pouvez télécharger l’appli et essayer gratuitement 8 séances.

Depuis de nombreuses années maintenant, j’écris beaucoup. J’ai un journal dans lequel j’inscris mes états d’âme, mes questionnements, mes joies et mes peines. J’ai également un cahier dans lequel je répertorie, des idées, des notes à moi-même comme par exemple : « apprécier le silence pour de vrai ». 😉

Une amie m’a offert ce 3ème livre et j’aime le compléter. Il s’agit d’un journal dans lequel il y a une question par jour. Ces interrogations vous permettent de vous poser des questions sur vos engagements, vos désirs et sur vous. Elles vous lancent même des défis. J’en suis à la 3ème année et je ne le complète pas tous les jours mais 2 à 3 fois par mois. Je trouve intéressant de ne regarder ce que j’avais griffoné précédemment qu’après avoir écrit.

3 ans de pensées positives

Vous l’aurez compris, ces trois cahiers sont une petite partie de mes psy 😉

Et vous ? Quel est votre psy ?

Le blog de la couture et des loisirs créatifs